Entre Sang et Lumière

Au cœur d'un Londres dominé par les créatures des Ténèbres, tracez votre chemin... Entre Sang et Lumière...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 No place like London...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Locke

avatar

Nombre de messages : 22
Statut : Démon Supérieur
Music from Hell : Highway to Hell - AC/DC
Mood : Diablement bonne
Date d'inscription : 28/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Démons
Pouvoirs: Liquéfaction des matières organiques, pyrokinésie (hot hot hot)
Relationships:

MessageSujet: No place like London...   Jeu 1 Mai - 23:12

There's a whole in the world like a great black pit
and the vermin of the world inhabit it
and its morals aren't worth what a pin can spit
and it goes by the name of London.


Londres...magnifique cité cosmopolite. Ville qui ne dort jamais. On ne sait jamais ce qui peut soudain surgir du légendaire "fog" enveloppant de ses volutes diaphanes les silhouettes, transformant l'humain le plus banal en créature fantômatique. Lieu de tant de légendes urbaines où les couteaux plongent avec délice dans des ventres féminins mous, où des rasoirs glissent sur la peau d'une gorge avec une sensualité morbide servis par un bras au mouvement fluide, où des têtes d'épouses ont roulé au sol dans une gerbe de sang vermeil à l'odeur capiteuse comme celle d'un excellent cru, où un des édifices les plus visités est une tour sombre, glauque, dont les râles d'agonie et les cris des prisonniers résonnent encore contre les murs nus et humides.

At the top of the hole sit the previlaged few
Making mock of the vermin in the lonely zoo
turning beauty to filth and greed...


Londres...cité grouillante d'humains qui courrent tous vers un but stupide. Misérables et fragiles petites créatures qui sont semblables à de petits animaux de compagnie qui tournent dans une roue de plastique pour tuer ce temps éphémère et gâcher ainsi leurs pitoyable et unique existence. Tous pareils. Acheter. Posséder. On se presse dans le métro pour filer au bureau où on croisera les mêmes crétins que l'on ne peut supporter, où on affrontera le regard désobligeant et méprisant de son supérieur, et cela sans sourciller ou émettre une plainte. Les humains. Créatures mollassonnes qui pourraient faire tant de choses s'ils n'étaient pas si obsédés par la possession. Cela aurait dû réjouir n'importe quel démon...cela désolait Aaron. Une preuve supplémentaire qui validait cette image qu'il avait de ce peuple. De vulgaires sacs de viande creux.

I too have sailed the world and seen its wonders,
for the cruelty of men is as wonderous as Peru
but there's no place like London!


Assis sur un banc aux abords de la Tamise, des étoiles scintillant faiblement au ciel, une lune boursouflée hissée au firmament comme une énorme verrue sur la toile bleu profond de la nuit, Aaron posait son regard bleu opalescent sur la foule qui, malgré l'heure tardive se pressait encore dans les rues. Où étaient passés ces Jack l'Eventreur, ces mythiques barbiers égorgeurs qui fouettaient ces mortels, leur faisant prendre conscience de la brièveté de leur existence? Une cigarette plantée entre ses lèvres délicatement dessinées, le Démon recrachait un nuage de fumée bleue qui se déchirait dans le vent léger nocturne.
Aaron, anciennement Toshiya Mirumoto, avait traversé des siècles, rencontré une mutltitude de personnes. Mais il n'y avait que dans les grandes villes que la déchéance humaine s'étalait avec autant d'impudeur. Une jeune femme, trop court vêtue pour être innocente, passa à sa hauteur et lui adressa un large sourire évocateur d'une nuit passionnée. Si elle savait que le charmant jeune homme, probable client, pouvait faire fondre ses yeux trop maquillés, brûler sa peau et la rôtir comme un vulgaire poulet, elle aurait à coup sûr appelé les autorités pour que ce "malade" retourne dans son asile. Pauvre petite chose...pendant une seconde, il eut presqu'envie de la suivre pour la délivrer de ces chaînes qui l'avilissait. Et puis, non.


There's a hole in the world like a great black pit
and it's filled with people who are filled with shit!
And the vermin of the world inhabit it!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Reinhardt
• TroubleD MinD
'Caus£ Heart'S CrieS ~

avatar

Féminin
Nombre de messages : 48
Statut : ℓycαη __*
Music from Hell : ωιтhιη тєრραтιση
Mood : ƒσℓℓâтяє __*
Date d'inscription : 01/05/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: ℓycαη __*
Pouvoirs: ℓycαηтняσριquєs __*
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Sam 3 Mai - 0:51

    { Sιრpℓє Nєgℓιgєηcє ? }


    Le temps. L'un des biens les plus précieux de la masse qui s'étendait sous ses pieds. Si éphémères, si fragile, et pourtant si convoité. Sarah n'en avait jamais cerné le sens, peut être que ce fut elle qui s'avéra trop crédule pour croire en l'importance d'un concept aussi abstrait, mais à quoi bon chercher des réponses que seul le dédale de l'esprit humain peut nous apporter dans son infinie clémence. Dérivant à bord de la précaire embarcation que constituait la raison, Sarah s'amusait à observer la foule qui tapissait les rues à la manière d'un champs de blé, dont les épis virevoltaient en tous sens, emportés par un vent de folie passagère qui annonçait le plus ridicule rituel que l'époque imposa à l'homme, en cette heure avancée de vendredi soir. Déjà les murs de son studio étaient ébranlés par une musique sauvage qui tambourinait opiniâtrement un message sans queue ni tête. A trop vouloir les comprendre, on finit par se perdre soi même, voilà ce que la jeune femme en avait finalement déduit. Mais la main d'une fillette fermement cramponnée à celle de sa mère attira son attention. Prévenante, guettant le moindre faux pas d'un inconnu trop intéressé, elle protégeait sa progéniture à la manière d'un animal. C'était étrange à quel point l'Homme, avec un grand H, pouvait ressembler à ses congénères qu'il méprisait pourtant injustement.

    La nuit commençait à tomber. La Lune baignait d'un frêle éclat argenté les pavés de la ruelle qui se vidait petit à petit, laissant tout le loisir aux créatures de la nuit de prendre un droit qui ne leur était pourtant pas attribué. Le céleste manteau étoilé était parsemé de minuscules nuages inoffensifs, mais déjà, un épais brouillard se glissa sur cet étrange chemin. L'astre continuait soir après soir son insouciant balais, ne se doutant pas un seul instant de son emprise sur celle qui la détaillait à présent. Un quart seulement déversait sa sombre aura sur Londres, pour le plus grand plaisir de Sarah. La jeune femme jeta alors un regard coupable vers la seringue qui trônait quelques mètres plus loin sur son bureau. Elle secoua la tête, comme cherchant à chasser d'insoutenables souvenirs de sa mémoire fatiguée, mais rien n'y fit, la douleur qu'elle éprouvait ne s'était pas estompée depuis le camps de la mort. Et ses pieds arrêtèrent finalement leur ballotement incessant au bord du balcon.

    Attrapant une laine, elle descendit quatre à quatre les marches de l'escalier qui lui ouvrit la voie vers la rue. Quelques volutes de fumée s'échappait de ses lèvres, mais la donzelle ne semblait pas dérangé le moins du monde de ce changement de température. Un jean complétait sa tenue, d'une simplicité déconcertante : un top noir, ajusté sous un gilet clair et une paire de baskets blanches. Sa tignasse en bataille vagabondait sauvagement dans son dos, fouettée par le vent frais qui s'abattait à présent sur son visage. L'odeur de l'eau perturba un instant ses sens, sa marche improvisée l'avait rapidement conduite au bord de la Tamise. La débâcle prenait un sens nouveau le soleil couché, et le monde du vice ressurgissait à la manière d'une envie incontrôlable et primitive. Alors que les prunelles de Sarah vagabondaient dans ce paysage nocturne s'émerveillant d'un regard enfantin, une délicate sensation caressa ses sens en éveil. Elle n'avait rien d'humaine, et était baignée par une rancœur incommensurable.

    Sarah continua sa venelle, s'arrêtant un instant au bord de l'eau noir de geais, tournant le dos à Aaron...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labulle.forums-actifs.net
Aaron Locke

avatar

Nombre de messages : 22
Statut : Démon Supérieur
Music from Hell : Highway to Hell - AC/DC
Mood : Diablement bonne
Date d'inscription : 28/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Démons
Pouvoirs: Liquéfaction des matières organiques, pyrokinésie (hot hot hot)
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Sam 3 Mai - 14:49

Finalement, les légendes qui avaient tant ébranlé la cité au fil des siècles allait prendre corps en cette nuit. C'était étrange, mais d'un certain point de vue tellement logique. Au fond de chaque créature nocturne et maléfique par essence - la nuit n'est elle pas le moment où les monstres s'animent? - une sorte de sixième sens se mettait en branle. Si on avait les sens assez aiguisés, on pouvait deviner ce qui se cachait au-delà des masques humains que l'on portait. Une odeur sauvage et farouche vint piquer les narines du Démon. Avec lenteur, il tourna la tête non sans laisser s'échapper à nouveau un autre nuage de fumée bleutée. D'une pichenette, il jetta sa cigarette dans le caniveau. C'était sensé donner le cancer. Encore une preuve de la faiblesse humaine. Ils étaient esclaves de ce bâton de la mort sachant pertinemment que chaque bouffée les rapprochait d'une boîte en chêne et pourtant...ils en usaient et abusaient. Ca les détendait d'après les fumeurs réguliers. Une seule chose pouvait les détendre. Retourner à un état de nature. Laisser tomber ces chaînes qui entravaient leurs instincts. Car ils sont tous des animaux. Laissez aux humains l'occasion de s'affranchir et vous obtiendrez un magnifique monstre. Mais ils n'avaient pas le courage de le faire. Méprisables créatures. Aaron avait vu, il y a quelques années, un film qui l'avait marqué. Le thème en était justement un homme qui avait agi en totale liberté et impunité. Orange mécanique...même si les technologies humaines ne rapportaient pas tous les suffrages, il avait véritablement adoré ce long métrage. Voilà ce que devait être un véritable être humain libre, sans attache.

Le Démon se leva et s'approcha de la jeune femme qui s'était arrêtée non loin de lui. Le vent nocturne charriait son odeur. Elle portait la fragrance du loup. Un fin sourire étira ses lèvres et son visage angélique s'illumina. S'appuyant négligemment à la balustrade qui préservait les idiots de la chute dans l'eau sombre, froide et irrémédiablement polluée, il leva son visage de marbre lisse et blanc sur celui de l'inconnue. Aaron était plus chétif que la normale. A vrai dire, pour un homme, ill était plutôt petit et devait fréquemment lever les yeux pour fixer un éventuel interlocuteur.


"Bonsoir autre créature nocturne. Je ne suis pas le seul à admirer cette danse macabre..."


D'un geste du menton, il indiqua les humains qui peu à peu cédaient le pas aux monstres de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Reinhardt
• TroubleD MinD
'Caus£ Heart'S CrieS ~

avatar

Féminin
Nombre de messages : 48
Statut : ℓycαη __*
Music from Hell : ωιтhιη тєრραтιση
Mood : ƒσℓℓâтяє __*
Date d'inscription : 01/05/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: ℓycαη __*
Pouvoirs: ℓycαηтняσριquєs __*
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Dim 4 Mai - 22:20

    Tous semblaient animés par un étrange désir, fugace, presque irrépressible. Chacun était conduit par une motivation qui lui était propre, une ligne de conduite à tenir, sous peine de s'égarer sur un chemin trop pentu et glissant. La nuit était le réveil des uns, le crépuscule des autres, tel le métronome qui gérait les petites affaires des créatures qui pullulaient à Londres. Bientôt, les lampadaires qui parsemaient l'ancien chemin de hallage, aujourd'hui recouvert d'un bitume froid et terne, mirent un terme aux vagabondages imprudents d'un groupe d'adolescents.

    Leur vue fit resurgir en Sarah de désagréables pans de sa mémoire, comme un éventail ravivant des braises qu'on croyait éteintes. Une période douloureuse... Elle, n'avait que 23 ans, et le plus jeune de cet étrange attroupement social devait en être très proche. Mais elle balaya du revers de la mains ces absconses pensées de sa tête. Le passé devait le rester, et ne pas entacher un présent qui le faisait par lui même.

    L'unique croissant de l'astre qui charriait les traits angéliques du visage de la jeune femme se perdait dans l'eau sombre de la Tamise. Les stigmates des nuits passées jonchaient encore et toujours sa peau diaphane : de larges entailles lacéraient ses poignets, tandis que le creux de son coude semblait perpétuellement agressé par le sadisme d'une longue aiguille. Ses prunelles se posèrent un instant sur ses meurtrissures, et d'un geste vif, elle recouvrit son avant bras de la manche de son gilet. Il n'était pas rare qu'on la prenne pour une junckie, et pourtant, elle n'avait strictement aucun rapport avec ce genre d'énergumènes.

    Et puis, le petit homme assis dernière se leva. D'une prestance singulière, il avala la distance qui le séparait de la furtive silhouette aux bords de l'eau. Son odeur était tout aussi particulière de l'impression qu'il renvoyait, âcre, et douce à la fois. Sarah ne perdait rien de cette subtile sensation, qui égayait ses sens un peu plus chaque seconde qui passait. Elle n'esquissa pourtant pas le moindre mouvement, et resta d'un calme olympien qui lui seyait si bien, comme la surface d'un lac cristallin qu'une simple brise peut seulement étayer.

    "Une danse ? Ne serait ce pas plutôt une merveilleuse cacophonie ?"

    Sa voix était suave, comme une divine caresse, tandis que ses yeux mordorés détaillaient l'attirant visage d'Aaron d'une curiosité enfantine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labulle.forums-actifs.net
Aaron Locke

avatar

Nombre de messages : 22
Statut : Démon Supérieur
Music from Hell : Highway to Hell - AC/DC
Mood : Diablement bonne
Date d'inscription : 28/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Démons
Pouvoirs: Liquéfaction des matières organiques, pyrokinésie (hot hot hot)
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Lun 5 Mai - 18:02

"Cacophonie? Hummm..." Aaron détourna son regard trop bleu pour être réel vers les londoniens. "Nan. Définitivement une danse. Ils avancent tous à pas mesurés. Programmés par leur société, par leurs lois réductrices les empêchant de vivre ce qui pourrait être.." Il posa de nouveau les yeux sur sa voisine. "...une merveilleuse cacophonie."

Aaron Locke était, dans une certaine mesure, un véritable humaniste. Il ne rêvait que d'une société mortelle sombrant dans une douce anarchie. Ils n'étaient pas prêts malgré leurs sentiments qui leur faisaient perdre la tête pour la liberté totale. Beaucoup de choses étaient encore trop importantes pour eux. Comme des petites fourmis, ils oeuvraient pour le bien de la colonie entière. Travaillants sans savoir pour qui exactement, ou pour une chose qu'ils ne verront jamais. Comme les fourmis, seuls, ils étaient démunis. Et si on savait où chercher, on pouvait tomber sur quelques exemplaires assez étonnants.
L'humanité est un Mal terrible en latence...capables du meilleur, mais faisant plutôt montre du pire. Leur histoire était jalonnée de guerres et de conflits. Pour une région, ils pouvaient mettre le pays à feu et à sang. Pour leur religion, ils avaient massacré des peuples entiers. Pour l'art, ils avaient sombré dans l'alcoolisme et la drogue. Pour leur famille, leur nation, ils préféraient "prévenir que guérir". Même à l'échelle d'une simple ville on retrouvait ces travers : meurtres, agressions. Et également dans une simple banale rue où les rumeurs et les jugements de valeur sont légions. Envieux, ils désiraient tous avoir mieux que leur voisin. Luxurieux, ils sombraient dans des plaisirs qui les régissaient : sexe, drogue, nourriture, alcool. Ils étaient prompts à s'emporter pour n'importe quoi. Les humains étaient tous des avatars des Péchés Capitaux. Les Vertus étaient rares et lorsqu'elles étaient reconnues faisaient l'objet de la raillerie collective. Les personnes dites "bonnes" finissaient systématiquement par être abusées, ou rejetés par la masse.

Un léger sourire flottant aux lèvres, Aaron plongea son regard dans celui de sa voisine. Elle était dotée de cette beauté farouche et sauvage qu'ont les métamorphes. Elle avait un agréable parfum. Appartenant uniqument aux lycans, un étrange mélange d'humanité et de monstruosité. On pouvait naître démon ou vampire. Mais jamais on ne voyait le jour en tant que garou. Elle était belle, attirante. De terribles idées ou souvenirs semblaient furtivement voiler son regard.
Posant une main sur le coeur, il s'inclina légèrement devant la jeune femme. Même si son humer était plutôt morne, la nuit n'avait visiblement pas fini de lui offrir tous ses présents. Il se redressa souplement. Gracieux jusqu'au bout des ongles. Félin jusqu'à la façon dont il s'exprimait, presque ronronante. Tentateur jusqu'à ces mèches sombres qui effleuraient ses longs cils et que l'on avait envie d'écarter de ses traits. Tout dans Aaron était une preuve irréfutable de sa non-humanité. Trop beau. Trop gracile. Trop charismatique pour être vrai.


"Je me nomme Aaron Locke, humble démon si mon nom ne vous évoque rien. A qui ai-je l'honneur de parler?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Reinhardt
• TroubleD MinD
'Caus£ Heart'S CrieS ~

avatar

Féminin
Nombre de messages : 48
Statut : ℓycαη __*
Music from Hell : ωιтhιη тєრραтιση
Mood : ƒσℓℓâтяє __*
Date d'inscription : 01/05/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: ℓycαη __*
Pouvoirs: ℓycαηтняσριquєs __*
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Mar 6 Mai - 15:06

    Tel cet étrange paysage nocturne que l'on caresse du bout des doigts, à l'âge où on ne craint pas les échardes, où l'on se perd dans des mondes merveilleux et fantastiques afin d'oublier nos douleures présentes, Londres sembla soudain éternellement enfantin, et si proche de ces rêves que l'on évoque brièvement le matin venu. Une étrange sensation s'empara de Sarah, comme un souffle au creux de l'oreille lui indiquant de suivre ses instincts, pour le moment raisonnables depuis quelques temps. Mais ses prunelles ne purent croiser celles du démon, fuyant un regard si imposant, presque trop. Quelque chose se dégageait de lui. Telle une douce et délicate mélodie, faisant frémir la jeune femme qui ne put soutenir le regard d'Aaron, baissant irrmédiablement les yeux vers le sol, détaillant le tapis multicolore que formaient les vestiges de l'été.

    Absente, et distraite, elle cachait un malaise qui n'en était pas un. Ce fut sûrement plus une certaine appréhension qu'un véritable mal être... Ce nom... Comment la pensée qu'elle puisse ignorer ce glas des innocents avait elle traversé son esprit ? Evidemment, Sarah connaissait le célèbre Aaron Locke. En ces circonstances, le lycan apprécia le fait de rester dans l'ombre, Reinhardt ... Ce nom n'évoquait rien aux oreilles des créatures de la nuit, et pourtant, depuis un certain temps, elle s'appliquait à diffuser des lignes de conduites humanistes et louables, qui lui avait valu plusieurs mauvaises rencontres. Furtive comme le vent, silencieuse comme le loup, le rôle d'espionne lui seyait si bien...

    L'honneur ? Depuis quand avait il de nouveau un sens dans ce monde dénué de raison ? Ou seul le vice est reconnu ? Et où l'ignorance est une preuve de suprème dominance ? Jamais. Ce mot avait perdu sa signification dans l'esprit de la demoiselle, à l'instant même où Sarah avait perdu sa dignité. Mais si le prince des Enfers le souhaitait, alors son identité ne resterait pas un secret...

    "Une illustre inconnue aux oreilles d'une personne de votre classe je suppose..."

    Un sourire éclaira son visage, dont le regard se reposa sur les traits trop parfaits de son interlocuteur. Sa voix était intensément douce, et ne semblait pouvoir appartenir à pareille créature, et pourtant... A l'aube de chaque déchirure se cache un mal dont on ne soupconne l'éxistence...

    "Sarah. Sarah Reinhardt." finit elle par laisser échapper d'entre ses lèvres rosées.

    Finalement, les nuages jusqu'à présent inoffensifs se mirent à pleurer. De longues larmes perlaient sur le sol, parsemant de ci de là quelques gouttes sur le bitume. Sa cheveulure mordoré glissa le long de son cou, jusqu'à ses épaules, sans que celà semble l'importuner le moins du monde, sans penser un instant que le Tentateur puisse en être géné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labulle.forums-actifs.net
Aaron Locke

avatar

Nombre de messages : 22
Statut : Démon Supérieur
Music from Hell : Highway to Hell - AC/DC
Mood : Diablement bonne
Date d'inscription : 28/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Démons
Pouvoirs: Liquéfaction des matières organiques, pyrokinésie (hot hot hot)
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Ven 9 Mai - 14:56

Il se dégageait d'elle une crainte toute animale envers lui. A la manière des loups, elle agissait. Aaron trouva ça véritablement "adorable". C'était pour cela qu'il avait une affection particulière pour les métamorphes. Ils savaient instinctivement où se trouvait leur place. Ils préféraient affronter un mâle dominant à la loyale plutôt que de bâtir un plan ingénieux d'assassinat. Fascinantes créatures
Les paroles de la lycan flottèrent en l'air, semblant trancher le doux et léger brouhaha qui venait des rues pas encore désertées par les humains. Une personne de sa classe? Dire que l'expression lui plut serait un doux euphémisme. Aaron adorait se sentir supérieur. Il adorait lorsqu'on flattait son immense ego. Et si cela se faisait de manière subtile et discrète ça n'en était que plus délectable. Les lèvres un peu plissées par la malice, le regard brillant, le Prince savoura ces mots comme un enfant se délecte de sa confiserie favorite. Ainsi donc, elle savait qui il était. Mais même si elle se comportait comme devait se comporter un "subordonné", nulle odeur de peur ou de crainte. Serait-ce une forme de respect? Ou bien lauvaise estime de soi?
Sarah Rheinhardt...ainsi se nommait la métamorphe que la nuit avait mis sur son chemin. Il fronça légèrement les sourcils, semblant chercher une éventuelle information au sujet d'elle. Ce nom lui évoquait très vaguement quelque chose, mais c'était trop nébuleux pour qu'il s'en souvienne. Sarah...peut-être lors d'une Réunion de la Triade. Ou bien, un autre lycan l'avait prononcé? Ca lui reviendra forcément à un moment ou à un autre. Soudain, les nuages sombres qui voilaient la nuit, crevèrent. Une fine pluie se mit à tomber en un doux ronronnement sur les toits alentours. Quelques petites plaintes émergèrent des derniers passants qui se hâtaient soudain de rentrer chez eux. Quelques uns entrèrent dans des boutiques encore ouvertes, d'autres s'abritèrent sous un auvent ou un abribus. L'ondée ne semblait nullemnt déranger Sarah. Elle restait toujours aussi droit, l'eau ruisselant sur son visage et tombant en petites gouttes de la pointe de ces mèches de cheveux que la puie avait fonci. Aaron releva le col de sa veste et écarta nonchalamment quelques mèches collées sur son front. Il tendit galamment la main à la métamorphe.


"Allons nous mettre à l'abri Sarah."

Il lui prit délicatement la main, traversa la rue qui les séparait des vitrines encore illuminées, et alla s'abriter sous l'auvent d'un magasin quelqconque. Une légère lumière filtrait depuis cette dernière. Le prochain reverbère n'était qu'un petit point lumineux, plus haut sur le trottoir. La pluie scintillait au sol à chaque fois qu'une goutte d'eau tombait au sol. Sous l'auvent, le ronronnement de l'averse redoubla. Aaron leva les yeux un instant au ciel. Cela risquait de durer pas mal de temps. A Londres, ce genre d'ondée arrivait fréquemment. Les rues s'étaient vidées des piétons. La ville appartenait dès à présent aux créatures de la nuit. Un énorme chat errant poussa un léger miaulement avant de s'enfuir dans une ruelle. La nuit s'éveillait enfin...
Aaron reporta son attention sur celle qui l'accompagnait. S'adossant à la vitrine, un pied posé sur le rebord de la longue et large fenêtre, il déclara simplement.


"Combien de temps cela fait-il depuis que vous êtes ici? En ce qui me concerne cela fait plusieurs longues années et je ne vous ai encore jamais croisé." Il plongea la main dans la poche de sa veste, sortit un paquet de cigarettes, extirpa une Marlboro qu'il ficha entre ses lèvres. Il claqua des doigts devant l'extrémité de sa clope, une petite flamme appaurt brièvement. Tirant une longue bouffée, il recracha un épais nuage bleuté. "Excusez moi pour mon manque de tact, Sarah. Mais je suis un incrrogible curieux." Aaron haussa paresseusement les épaules, sans perdre ce demi-sourire qui flottait toujours sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Reinhardt
• TroubleD MinD
'Caus£ Heart'S CrieS ~

avatar

Féminin
Nombre de messages : 48
Statut : ℓycαη __*
Music from Hell : ωιтhιη тєრραтιση
Mood : ƒσℓℓâтяє __*
Date d'inscription : 01/05/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: ℓycαη __*
Pouvoirs: ℓycαηтняσριquєs __*
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Sam 10 Mai - 14:28

    Les gouttes qui ruisselaient sur le visage du démon semblaient le gêner, et comme Sarah pu l'imaginer, Aaron la conduit à l'abri de la nostalgie londonienne. D'une grâce d'une autre époque, il saisit sa main, cette dernière glissant sur sa peau délicate à la manière d'une feuille dans le vent. Le auvent qui les surplombait alors, les protéger de la pluie qui redoublait à présent, le clapotis de l'eau dans les gouttières dessinant une furtive mélodie à travers la ruelle. Les prunelles du lycan détaillèrent les traits d'Aaron, à la manière d'un artiste qui jugerait l'œuvre de l'un de ses confrères. La critique s'annonçait excellente, et les joues de Sarah rosirent; était ce le froid ?

    L'étrange protagoniste s'adonna à un vice purement humain, qui dégoutait sensiblement Sarah. Cependant, la manière dont il alluma sa cigarette l'intrigua. C'était peut être son don qui le poussait à se protéger de l'orage, ou bien tout simplement le dérangement qui soulevait. Sa voix s'éleva à nouveau dans l'air frais du crépuscule, accompagnée par une nébuleuse azure qui disparut lorsque les lumières de la boutique s'éteignirent, enveloppant la scène d'un mystérieux voile obscure. Pure folie ou simple prise de conscience ? Nul ne le saura jamais, mais la jeune femme prit un malin plaisir à éteindre, du bout de ses doigts humides, l'objet de toutes les dépendances que tenait Aaron.

    Quelques volutes de fumée, et un léger bruit de flamme mouillée s'élevèrent dans les airs, alors que la douleur provoquée par la brûlure modifia quelque peu les traits fins du visage de la donzelle. Il fallut un peu plus d'un tic tac de sa montre pour que les stigmates de son insolence ne s'évanouissent dans sa peau diaphane qui ne garda aucun souvenir de cette douloureuse mésaventure.

    "Depuis toutes ces années que je parcours Londres, j'ai toujours imaginé que la puissance ne pouvait avoir qu'une seule faiblesse..."

    Sarah laissa un court instant le silence s'imposait sa lourde barrière entre les deux protagonistes. Pour la première fois, elle plongea son regard mordoré dans celui d'Aaron, s'y perdant un instant, avant de jouer négligemment avec une mèche humide de sa chevelure en bataille.

    "La dépendance... Mais je dois avouer que je ne m'attendais pas à celle ci chez une illustre personne tel que vous..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labulle.forums-actifs.net
Aaron Locke

avatar

Nombre de messages : 22
Statut : Démon Supérieur
Music from Hell : Highway to Hell - AC/DC
Mood : Diablement bonne
Date d'inscription : 28/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Démons
Pouvoirs: Liquéfaction des matières organiques, pyrokinésie (hot hot hot)
Relationships:

MessageSujet: Re: No place like London...   Jeu 15 Mai - 18:14

Sans perdre son radieux sourire, Aaron attendait la réponse de la métamorphe. Alors qu'il était sur le point de tirer une seconde bouffée sur sa cigarette, elle leva la main et écrasa sur sa peau nue et rendue humide par la pluie le bout incandescent de sa Marlboro. Il haussa légèrement un sourcil. Elle reprit la parole.
Dépendance?! Aaron ne put retenir un éclat de rire cristallin tellement enfantin. Il jetta négligemment la cigarette éteinte dans le caniveau. Emporté par la pluie, le mégot acheva sa course dans un égout. Les paupières plissées par la malice, le Démon vrilla son regard à celui de sa compagne. Elle avait des prunelles incroyables. Quelques éclats d'or se mêlant à une couleur plus profonde. A la velouté et sauvage. Se penchant légèrement en avant, le Prince poursuivit.

"Moi?! Dépendant? Allons, ne me dites pas que vous croyez vraiment que je puisse me laisser entraver par quoique ce soit?" Un sourcil arqué et une adorable moue faussement outrée au visage, Aaron continua. "Ma chère amie, je prône la liberté totale depuis tant de siècles, ce n'est pas pour courber l'échine face à une plante. A votre avis, le lobby autour des cigarettes est une odée qui vient de où?"

La voix aussi douce que du velours et une intonation ronronnante, Aaron avait prononcé ses derniers mots avec un petit air de triomphe. Quelques démons particulièrement haut placés rôdaient toujorus derrière les puissants, leur murmurant du bout des lèvres les plus idées les plus chaotiques et mauvaises pour parvenir à leurs fins. Aaron avait lui même fait partie de ces êtres qui étaient l'image personnifiée de l'éminence grise. Hommes de l'ombre, ils manipulaient avec la virtuosité d'un marionnettiste accompli morales et sentiments.
Aaron écarta doucement les mèches de cheveux collés aux joues de Sarah, un mystérieux sourire flottant aux lèvres. Elle n'avait pas répondu à sa question...approchant doucement son visage de celui de la métamorphe, il ronronna en un souffle.


"Vous n'avez pas répondu à ma question il me semble...Sarah."

Lentement, il la lâcha et avec cette nonchalance qui semblait lui être naturelle, il se "posa" sur l'étroit rebord qui entourait la vitrine du magasion qui se trouvait dans leurs dos. Aaron leva de nouveau les yeux sur Sarah. A la lumière voilée par la pluie, ils semblaient plus bleus que jamais, lorsqu'une voiture solitaire passait en ronflant tous phares allumés, les pupilles du Démon réagissaient comme celles d'un chat. Ses mains fines croisés sur les genoux, il attendait en apparence toujours aussi patient et calme la réponse à la question qu'il avait posé. Il appréciait les attitudes de cette rencontre imprévue. Il appréciait la façon dont les cheveux assombris par l'eau contrastaient avec la peau pâle. Les mèches tombaient en boucles lâches sur ses épaules. Elle avait un franc parler agréable, àaussi tranchant qu'une lame et aussi sincère que les paroles d'un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: No place like London...   

Revenir en haut Aller en bas
 
No place like London...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU]Les app ne se déplace pas entièrement sur ma SD CARD
» COMICS PLACE : la petite émission
» [JEU] G- CAVER : Déplace la balle sans toucher les murs [Gratuit]
» Une petite place ?
» Important : Traducteur en place !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre Sang et Lumière :: Londres :: Les berges de la Tamise-
Sauter vers: