Entre Sang et Lumière

Au cœur d'un Londres dominé par les créatures des Ténèbres, tracez votre chemin... Entre Sang et Lumière...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Andreï Vesely || Finish

Aller en bas 
AuteurMessage
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Andreï Vesely || Finish   Lun 5 Mai - 2:09



Une fois, par un minuit lugubre, tandis que je m'appesantissais, faible
Et fatigué, sur maint curieux et bizarre volume de savoir oublié, tandis
Que je dodelinais la tête, somnolant presque, soudain se fit un heurt,
Comme de quelqu'un frappant doucement, frappant à la porte de ma
Chambre, cela seul et rien de plus.

• Fiche d'Identité

    Nom : Vesely

    Prénom(s) : Andreï Leonti

    Surnom(s) : Andrucha

    Date de naissance : 19 Décembre

    Age
    : En apparence 21 ans, en réalité 154

    Signe Astrologique : Sagittaire

    Lieu de naissance : Né à Werst

    Nationalité : Transylvanien

    Statut / Occupation : Membre de la Triade, c’est un des vampires proches de la reine, il est également un espion au service de sa majesté.



Ah! distinctement je me souviens que c'était en le glacial décembre :
Et chaque tison, mourant isolé, ouvrageait son spectre sur le sol.
Ardemment je souhaitais le jour; vainement j'avais cherché d'emprunter
A mes livres un sursis au chagrin - au chagrin de la Lénore perdue -
De la rare et rayonnante jeune fille que les anges nomment Lénore -
De nom! pour elle ici, non, jamais plus!

• Profil psychologique et physique

    Caractère :

    Ne croyez pas un instant que ce jeune homme soit un ange, ne croyez pas un seul instant qu’il soit généreux et bon, qu’il soit le gentleman qu’il s’escrime à vous faire croire, car alors, vous ne seriez plus de ce monde, quelques instants plus tard. Lorsque son poison aura fait action vous ne pourriez plus rien faire contre lui, car vous serez totalement et irrémédiablement sous sa coupe. Sa puissance tient à un fil, mais oh combien il est difficile de rompre ce fil lorsqu’on est un simple jouet entre ses mains, un jouet qu’il prendra plaisir à briser. Son jeu favoris voyez vous est la torture. Mais la torture physique vous semblera infiniment plus douce lorsqu’il en viendra à cela, infiniment plus douce que la torture mentale qu’il vous infligera auparavant. Une douleur insoutenable vous traversera et il s’en repaira alors comme il se repait de votre sang, avec délectation. Le bonheur voyez vous, pour lui n’a aucun sens, aucune espèce d’importance, en revanche le plaisir… hum… c’est l’Eden à ses yeux. Et vos tourments n’auront de cesse qu’à votre mort. Car entre les mains de cet ange démoniaque il n’y a rien d’autre qui vous attends comme triste fin. Et ne croyez pas qu’il omettra de prendre soin de votre décès, car cela peut avoir à ses yeux autant d’importance que le morceau de vie qu’il a eut encore ses mains. La mort est le cadeau exquis qu’il ne pourra s’empêcher de vous offrir.
    L’action est un terme qui pourrait le définir s’il n’avait ce charme languissant en lui, et ces attitudes de dandy. Lorsqu’il prend une décision, c’est dans la seconde suivante qu’il agit si le besoin s’en ressent, mais surtout parce qu’il aime mettre tout son temps à agir, qu’il préfère l’action précise et fine, plutôt qu’à celle rapide mais imprécise et peu efficace. C’est tout l’art de l’action, de l’instant auquel ses actes auront la conséquence la plus approprié à sa volonté qu’il peaufine jusqu’à l’infinis. Bien qu’il aime les combats car c’est un instant où il peut s’abandonner totalement à la force des combat, à la force qui jaillit de lui, un instant où il peut relâcher, ne plus avoir le contrôle sur ses pouvoirs, sur sa force, où il peut laisser sa rage et sa colère agir, où il n’a plus à tenir compte des barrières qu’elles soient de la société humaine ou vampire, ce n’est pas en cela qu’il est le meilleur. Ce n’est pas qu’il ne laisse pas ses pouvoirs agir, ce n’est pas qu’il est d’une force implacable, mais c’est plutôt qu’il est tellement redoutable lorsqu’il joue avec le temps qu’il distille, avec les autres, laissant croire en des illusions qu’il a lui-même créer à cette intention. Pourtant au combat il se distingue souvent des autres par sa rapidité, comme s’il ne prenait même pas le temps de réfléchir, ce qui n’est pas le cas, mais qu’il fait aisément croire à son ennemi afin de le tromper.
    L’intelligence est un trait de caractère chez lui des plus étonnants. En somme on peut dire que c’est un véritable petit génie. Ca n’est pas seulement une intelligence brillante qui lui permet de comprendre le monde dans toute sa complexité et de jouer avec parce qu’il en connaît les dures règles, c’est aussi un esprit capable de s’adapter sans cesse, c’est un esprit capable de faire des déductions très rapidement sur quelqu’un qu’il ne connaît pas d’un simple regard, c’est cette capacité à remarquer le moindre détail passant inaperçu pour la plupart des gens et d’en tenir un raisonnement logique qui lui permet d’établir en quelque secondes le profil de la personne sans le moindre mal et de tomber à tout les coups dans le mille. Ses capacités intellectuelles sont si approfondie qu’il s’ennuie d’ailleurs la plupart du temps. Est-ce pour cela qu’il passe le plus clair de son temps à s’amuser à jouer avec les gens, à leur faire croire des choses qui sont fausses. Etant un as de la manipulation, il ne lui ai guère difficile de passer pour quelqu’un qu’il n’est pas, de masquer ses prouesses intellectuelles pour tromper son adversaire aussi bien que son entourage. Jouer un jeu, il le fait depuis qu’il est enfant, passer pour autre est devenu pour lui une seconde nature. Inutile de dire qu’il est véritablement doué pour masquer ses pensées et ses émotions et même pour en faire apparaître sur son visage qui ne sont pas les siennes.
    C’est ainsi que ce petit démon passe facilement pour un ange. Les traits de son visage n’y sont pas pour rien, ni sa capacité à modeler ses expressions comme il le souhaite en chaque instant, ni sa capacité à conserver son sang-froid en toute occasion et à ne rien laisser passer de ses véritables émotions, comme un masque de tragédie grecque. Mais il est loin d’être l’ange qu’il veut faire paraître, très loin d’être cet être mélancolique toujours dans la lune lorsqu’il n’est pas en action, loin d’être quelqu’un d’attentif et de généreux et encore plus loin d’un être cherchant la paix, désirant rendre le monde meilleur. Parce que avant tout, ce monde lui plait comme il est, il y a sa place, il s’y sent bien, il ne pense pas qu’il en serait ainsi dans un autre monde, surtout pas dans un monde meilleur, à vrai dire, il aurait peur de s’y ennuyer. Et qu’il y a très longtemps, il a promis à un être depuis longtemps disparu d’être le pire démon que cette Terre ait vu, d’être le meilleur dans son domaine, qu’on regrette sa venue au monde, que tous regrette, surtout les membres du Griffon. Bien qu’il soit sans cesse en quête d’amitié, qu’il se montre proche des gens, qu’il paraisse les comprendre avec tant de facilité, et qu’il s’ouvre à eux avec douceur et confiance, ça n’est pas réellement la personnalité du jeune homme, bien au contraire. Le vampire déteste les contacts avec les autres même celui des vampires, il n’aime pas se confier ni qu’on se confie à lui, et il ne pense pas du tout être un ami appréciable. Il a trop perdu de gens qu’il aimait, la plupart volontairement, pour vouloir tenir à d’autres personnes. S’il devait se décrire, il se dirait complètement asocial.

    Défaut dominant: Bien que brillant stratège, bien que gentleman, bien que maître des illusions, le vampire n’en est pas moins cruellement dépendant de la drogue, et pas des plus sympathique, il aime se noyer dans la drogue et ses effets qu’il cherche toujours plus puissant sur son esprit par trop brillant pour lui masquer ce qu’il aimerait ne voir, se cacher. Il est également un alcoolique du dernier degré et s’il n’était vampire, il serait sans doute mort de cette dépendance.

    Qualité dominante: La patience dont il peut faire preuve dépasse largement toute patience qu’on pourrait offrir à un vampire. Mettez le devant un verre de sang, il n’y touchera que lorsqu’il sera certain de sa provenance, et peu lui importe que le sang refroidisse jusqu’à être imbuvable, car égal à son sang froid, sa patience est sans limite.

    Apparence physique :
    Possédant des traits fins dessinés par un ange, il paraît être une créature divine lorsqu’on pose le regard sur lui, c’est pour ne plus le décrocher, et s’en brûler les yeux tel Icare. Ses yeux, causant sans doute le plus de trouble dans toute sa personne, sont d’un bleu cristallin, d’une finesse et d’une brillance sans pareille. S’attacher à son regard peut être tout à fait mortel, car ses yeux sont si profond qu’il est difficile voire inimaginable de pouvoir s’en décrocher, s’en détacher. Tout en son visage lui donne l’air d’un ange. De ses cheveux d’un noir jais faisant ressortir son visage d’un ton laiteux, presque si parfait qu’il a l’air d’être une créature de dieu et non de Satan. Son nez est plutôt court et fin, parfaitement dessiné, comme si on avait voulu lui ôter toute imperfection. Sa bouche semble avoir été dessiné par dieu en personne tant elle est un mélange de sensualité profondément et divinement attrayante, et d’exquise douceur dangereusement voluptueuse. Elle peut prendre un pli fort méchant ou extrêmement généreux, en tout occasion, elle ne perdra jamais ni sa sensualité ni sa douceur affolante. Et ses émotions, celle qu’il décide de faire paraître, ses attitudes se reflètent entièrement dans son visage, constamment mobile. Et c’est pour cela qu’il peut devenir absolument effrayant lorsqu’il ferme son visage pour n’avoir aucune expression, ou une par trop grotesque, comme un masque de tragédie grecque.
    Quoi qu’il en soit, grâce à ce sang maléfique qui coule en ses veines, il apparaît toujours d’une beauté incandescente, sur laquelle les regards s’entiche et s’affolent. Sa nature vampirique est facilement détectable à sa peau excessivement blanche et réflectrice, qu’il lui faut poudrer pour son exposition à tous les objectifs, et teinter pour lui donner une apparence plus humaine. Et s’il est en manque de sang, il en devient effrayant, sa peau se fripe, les veines saillantes comme des serpents autour de ses os. Il est vrai que bien souvent ses veines ressortent de sa peau un peu trop transparente. Bleutées, elles sont difficile à masquer. Alors qu’en revanche ses prunelles brillantes à l’extrême lorsque la colère s’empare de son être, sont facilement cachées derrière une paire de lentille savamment utilisé. Et ses gestes ? Et ses mouvements ? S’il est vrai que sa grande agilité peut rendre ses mouvements invisible à l’œil humain, il n’en reste pas moins qu’il peut en devenir absolument effrayant car en leur cœur, ils savent ce qu’il s’est déroulé sous leur yeux même s’ils n’en sont conscient et c’est en cela que la gêne se créer. Il lui faut donc imiter l’être humain en ses gestes et en ses mouvements, comme il en imite le teint légèrement halé en des poudres et des crèmes.



Mon âme se fit subitement plus forte et, n'hésitant davantage :
"Monsieur, dis-je, ou madame, j'implore véritablement votre pardon ;
Mais le fait est que je somnolais, et vous vîntes si doucement frapper,
Et si faiblement vous vîntes heurter, heurter à la porte de ma chambre,
Que j'étais à peine sûr de vous avoir entendu." Ici j'ouvris grande
La porte : les ténèbres et rien de plus

• Relations

    Hajnalka Vérbeli [Kate Beckinsale]
    - Andreï est proche de la reine des vampires, plus proche que la plupart des vampires ne sauraient l'espérer. Provoquant, cruel mais brillant, c'est un vampire qui a su plaire à sa Reine, mais il ne manque pas d'ambition. En effet servir d'ami à sa reine, connaître ses projets pour la race et contre le Griffon Noir ne lui suffit plus, il veut plus, il a toujours voulu plus, et depuis ces centaines d'années d'existance de vampire, il caresse un doux rêve ambitieux: celui de devenir l'amant de la reine et peut-être même son roi. Voici pourquoi il ne cesse de la séduire mais y parviendra-t-il?


    Gabrielle Trémaine [Rose McGowan] - Une mission de surveillance n'est pas dans les habitudes de Andreï, car le vampire se considère véritablement comme un tueur mais il est prêt à tout pour plaire à sa Reine. Aussi il a accepté cette mission sans en savoir plus que la jeune femme était peut-être lié à l'ordre du Griffon Noir, son but étant de vérifier ce lien qui pourrait servir à la triade qui ignore évidement que non seulement Gabrielle est bien liée à l'ordre mais en fait partit. Au cours sa mission Andreï va rencontrer Gabrielle...



Loin dans l'ombre regardant, je me tins longtemps à douter, m'étonner
Et craindre, à rêver des rêves qu'aucun mortel n'avait osé rêver encore ;
Mais le silence ne se rompit point et la quiétude ne donna de signe ;
Et le seul mot qui se dit, fut le mot chuchoté "Lénore!" je le
Chuchotai et un écho murmura de retour le mot "Lénore!" purement
Cela et rien de plus

• Autres

    Personnalité de l'avatar : Jared Leto
    Joueur ou joueuse : Joueuse
    Comment avez-vous connu le forum :Par un partenaire.
    Commentaires ? :Joli design, surtout joli travail sur le CSS.


* CREDITS:
Le Corbeau de Edgar Allan Poe
Le Vampire de Baudelaire
Les Fleurs du Mal de Baudelaire


Dernière édition par Andreï Vesely le Dim 18 Mai - 2:00, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Lun 5 Mai - 2:10


Et de la soie l'incertain et triste bruissement en chaque rideau purpural
Me traversait, m'emplissait de fantastiques terreurs pas senties
Encore : si bien que, pour calmer le battement de mon coeur, je
Demeurais maintenant à répéter : C'est quelque visiteur qui sollicite
L'entrée, à la porte de ma chambre; quelque visiteur qui sollicite l'entrée
A la porte de ma chambre; c'est cela et rien de plus


• Histoire

    Genèse :

    Toi qui, comme un coup de couteau,
    Dans mon cœur plaintif es entrée ;
    Toi qui, forte comme un troupeau
    De démons, vins, folle et parée,


    Anastasia frotta ses mains contre son tablier avec énergie. Elle observait par la fenêtre la poussière jaillissant du sol, retourné par la foulée des chevaux qui ramenaient les hommes du village. Passant sa main dans ses cheveux, elle se demanda si elle plairait à son homme qui avait tant travailler durant la journée, sous le soleil, sous la chaleur étouffante de cette belle journée d’été. Repoussant les quelques mèches qui tombaient devant ses yeux, la jeune femme se dirigea vers la porte qu’elle ouvrit. La chaleur bienfaitrice du soleil pénétra dans la petite maison qui avait tout d’une ferme. La poussière se dissipa pour laisser entrevoir les hommes menant leur chevaux jusqu’à chez eux. Anastasia sourit en reconnaissant le sien malgré la poussière et le soleil dardant encore dans le ciel. Elle s’approcha de lui, se mit à courir, et s’élança vers lui. Il la prit dans ses bras et l’embrassa avec effusion.

    L’époque de la famine était révolue. Et la paix en les cœurs était revenue. La jeune femme enfouie son visage dans les bras de son mari et amant. Elle avait souhaité de tout son cœur que l’été revienne et se faisant attendre, il était finit par arrivé. L’odeur du soleil était perceptible sur la peau de l’homme qu’elle étreignait et aimait tant. Elle sentait encore sa chaleur sur sa peau. Lorsqu’il passa ses doigts dans ses cheveux, la jeune femme ferma les yeux et sourit tout doucement. L’été n’avait jamais tant fait attendre ses rayons brillants et si appréciables pour leur chaleur bienfaisante. La jeune femme pouvait à présent oublier. Les morts s’accumulant durant l’hiver glacial, la famine qui déchirait les familles. Elle pouvait oublier les souffrances. Même au plus froid de l’hiver il y avait toujours eut cet enfant en elle, à qui elle chantonnait de douces comptines slaves de sa voix douce et un peu rauque.

    Rassurer l’enfant à venir par ses douces paroles, lui promettre un monde meilleur que celui auquel elle avait été promise, elle avait trouvé cela facile. Mentir était toujours facile, extrêmement facile. Un enfant ne sait pas ce qui l’attend, il ignore ce qui peut être la souffrance, la difficulté, ne sait pas que vivre en soit est une épreuve. Mais elle avait cet enfant en elle qui lui donnait ses forces. Et son mari, qui lui tenait la main, avec force, essayant à son tour de lui mentir. Elle souriant, glissait sa main contre sa joue et soupirait. Il s’agenouillait alors près d’elle et la prenait dans ses bras. Ses baisers n’avaient jamais été aussi rempli de promesse. Il remplacerait la douleur par le bonheur, il remplacerait l’horreur par l’amour, il remplacerait ces jours noirs par des milliers de pétales de roses.

    La jeune femme aimait ces jours d’été où elle pouvait oublier les nuits sombres de l’hiver, le froid éprouvant, les épreuves douloureuses, la mort des membres de la famille les plus fragile. A présent, elle pouvait respirer. Ouvrir son cœur à nouveau. Serrant son mari contre elle, elle poussa un petit cri. Un coup de pied du bébé ? Non, c’était plus que cela. La douleur lui coupa le souffle alors qu’un sentiment d’ivresse l’envahit. L’enfant venait, l’enfant promis venait, l’enfant du bonheur allait venir au monde, plus rien ne compterait désormais que leur bonheur, à eux trois. Dans leur petite maisonnée, ils seraient heureux.

    De mon esprit humilié
    Faire ton lit et ton domaine ;
    – Infâme à qui je suis lié
    Comme le forçat à la chaîne,


    Anastasia pris son enfant dans ses bras. Aucune larme ne coulaient sur ses joues pourtant il n’y avait en son cœur plus de force pour résister au chagrin. Elle avait entouré son petit garçon de ses bras. Et la seule pensée qu’à présent, elle serait seule pour le protéger, seule contre le monde, seule à affronter l’adversité, l’effrayait. Comment pourrait-elle faire face ? D’où tirait-elle sa force ? Pourquoi avait-elle dû renoncer à l’amour tendre de son mari, pourquoi avait-elle dû renoncer à ses bras puissants aux creux des quels elle pouvait se nicher ? Les larmes ne cessaient de couler de ses yeux. Elle ignorait comment elle offrirait à son enfant la vie dont elle avait espéré pour lui. Une vie sans heurt, une vie remplie d’amour, une vie dévouée à l’amour, au bonheur. Elle lui avait promis tant de chose lorsqu’il était dans son ventre, elle lui avait promis le bonheur, l’amour, elle lui avait fait tant de promesses… qu’elle ne pourrait tenir. Que deviendraient-ils seuls au monde ? Sans personne pour les protéger ? Le monde n’était pas gentil, le monde n’offrait pas le bonheur, il offrait que la souffrance, il n’offrait que pour reprendre, avec cruauté ce qu’il avait donné.

    Pressant son enfant contre son sein, Anastasia savait qu’elle n’aurait jamais assez de larmes à verser, jamais assez de larme pour l’avenir briser de son enfant. Une vie de souffrance les attendait. Dans un pays ravagé par la solitude, par la famine, elle ne savait comment elle pourrait offrir à son enfant une vie assez longue pour qu’il puisse en naître un quelconque espoir. Et l’espoir lui serait-il possible ? Il lui faudrait travailler… un si jeune enfant devrait travailler pour avoir à manger le soir venu, pour avoir un toit au-dessus de sa tête, si ce monde cruel ne décidait pas de tout lui enlever comme il avait tout enlever à Anastasia par une nuit cruelle, une nuit dont elle avait espéré ne jamais voir la fin, ne jamais connaître sa terrible fin, ne jamais souffrir cruellement, ne jamais verser ces larmes ne jamais pleurer, ne jamais serrer son enfant contre elle avec ce désespoir en son cœur, et cette peur la ravageant de l’intérieur.

    Le père de son enfant était mort. Rien ne saurait changer cet état de fait. Pas même toutes les larmes qu’elle avait versé. Il était mort, seul, dans le froid, cruelle fin pour un homme de cœur, pour un homme qui avait décidé d’offrir à sa famille une vie meilleure. Pourquoi avait-il cru qu’il trouverait mieux ailleurs ? Ce n’était qu’une tromperie, une cruelle tromperie, qui lui avait coûté la vie. La mort était un cruel cadeau pour l’homme qui souffre, qui la souhaite en son cœur, mais elle était d’autant plus cruelle lorsque l’homme avait enfin trouver l’espoir, enfin trouver la force de se dresser contre l’ennemi. Pourquoi lui avait-on enlever son mari ? Sa seule force c’était lui qui la lui donnait, chaque jour, sans lui, elle était perdue et son enfant aussi. Les larmes continuait à pleurer tandis que sa main fouillait la crinière brune de son enfant. Andreï devrait travailler. Mais elle ne voulait pas qu’il fasse le travail de son père, elle ne voulait pas le perdre à son tour, elle ne voulait pas, pour rien au monde, elle se battrait pour qu’il est un travail qui ne lui coûte pas la vie. Un gamin aussi mignon trouverait bien un travail qui ne l’épuise jusqu’à ce qu’il en meurt.

    Comme au jeu le joueur têtu,
    Comme à la bouteille l'ivrogne,
    Comme aux vermines la charogne
    – Maudite, maudite sois-tu !


    L’homme était anglais, c’était un anglais à ne pas en douter. Andreï marchait devant lui en se demandant de quel partie d’Europe venait cet homme, mais il était persuadé qu’il venait d’Angleterre. Il devait le guider jusqu’au château situé non loin du village où il avait grandit, le château qui obsédait les touristes européens, et qu’il se faisait un plaisir de guider jusque là bas moyennant finance. Ce n’était pas terrible comme job, mais sa mère avait refusé qu’il en fasse tout autre. Pourtant Andreï n’était pas moins fort que les autres enfants, il n’était pas moins intelligent qu’eux. En fait, il s’ennuyait dans cette existence monotone et sans danger. Tout ce qu’il faisait c’était guider des personnes totalement inconnues et complètement artificielles qui pensaient trouver des vampires ou des êtres chimériques dans le château. Il ne possédait pas la culture de leur pays, mais il comprenait ce qui les attirait, le danger, le mystère, des choses qui leur échappent totalement. Cet homme là n’était pas différent des autres, mais Andreï présentait quelque chose de différent en cet homme. Il ne recherchait pas à se faire peur. Et là résidait toute la différence.

    « Tu as emmené beaucoup de monde au château ? » fit l’anglais avec un très mauvais accent.

    Le jeune garçon en avait entendu d’autres au cours de ses visites, rien de très étonnant, il avait droit à tous ces étrangers bizarres qui étaient fasciné par les fantômes, les créatures buveuses de sang et autre démons que les hommes avait espérer oublier durant des siècles. Mais le pire était certainement que ces touristes pensaient tous que son peuple, que les transylvanien croyaient encore en ces choses là, qu’ils étaient capable d’aller dans les cimetières empaler des malheureux dans leur cercueils. D’où que puissent venir leur étranges croyances, Andreï n’essayait pas de les détromper même s’il trouvait cela extrêmement vexant, il tenait à amener de l’argent à la maison, il devait nourrir sa mère qui était il fallait bien le dire, maigre et malade, et dont il craignait pour sa santé.

    « Il y a beaucoup de monde qui aime les légendes. » répondit l’enfant.

    L’homme sourit. Il ne savait pourquoi exactement mais il appréciait cet homme. Il n’avait pas posé de questions stupides, il ne croyait pas que le peuple de Transylvanie soit capable d’empaler des cadavres dans les cimetières et il ne semblait pas attiré par le danger. Bien que Andreï soit alors un jeune enfant, il sentait beaucoup de choses, et il sentait quelque chose qui l’attirait chez cet homme, quelque chose qu’il n’avait pas trouvé chez les autres touristes qu’il avait amené au château.

    « Toutes ces histoires que tu leur raconte, y’en a-t-il une seule de vraie ? »

    Le garçon se mit à rire. Une seule de vraie ? Non, pas une seule. Il y a longtemps de cela, un drame s’était déroulé dans le château, oui, c’était vrai, mais même ce fait, il l’arrangeait à sa manière. Aucun des acteurs du drame n’hantait les lieux mais c’était ce qu’avait envie d’entendre les gens qui venaient ici. Une femme seule, attendant le retour de son mari, avait sombrée dans la folie et s’était tuée. Cela n’avait pas été très beau à voir et son mari en rentrant de la guerre s’était tué à son tour. Une tragique histoire, cela est vrai, mais rien de très mystérieux là-dedans. Sa mère aurait sans doute accompagné son père dans la tombe s’il n’avait été là, il le savait, et espérait qu’il vivrait assez longtemps pour que sa mère n’est jamais à faire ce qu’à fait la pauvre femme du château.

    « Une seule, un drame, mais n’ayant rien de fantastique, je le reconnais. Mais j’offre à mes visiteurs ce qu’ils veulent. Ils repartent enchanter, c’est le principal, non ? »

    Pourquoi disait-il tout d’un coup la vérité ? Il avait envie de croire en cet homme. Envie de lui faire confiance même s’il ne savait pourquoi il avait cet envie. Peut-être parce que cet homme ne semblait pas comme les autres, peut-être parce qu’il en avait assez de mentir, peut-être parce qu’il espérait que tout ce qu’il avait fait jusque là change, qu’il ne passe plus ses journées à mentir, pour gagner à peine de quoi nourrir sa mère. Tout cela n’était que chimère. Cet homme ne lui offrirait rien de plus que quelques sous et Andreï le savait mais il ne pouvait s’empêcher de parler avec franchise. Il se sentait d’égal à égal avec cet homme et cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas ressentit cela.

    « Tu n’es pas un enfant comme les autres n’est-ce pas ? Tu ne crois pas une seconde en ces histoires de vampires que tu racontes. Pourtant ils existent. »

    Ces quelques mots qu’il prononça… l’enfant ne les crût pas au premier abord. Mais il y eut un silence durant lequel l’enfant commença à réaliser que cet homme étrange y croyait. Ce n’était pas des mots en l’air qu’il utilisait. Il n’essayait pas de faire peur à l’enfant. Il y croyait. Et c’est cela qui étonna l’enfant au plus haut point. Car si les autres touristes venaient chercher des vampires, ils n’y croyaient pas vraiment, c’était la peur qui les guidait, la recherche du petit frisson qui les amenait jusqu’à lui, rien de plus.


Dernière édition par Andreï Vesely le Mar 6 Mai - 3:07, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle Trémaine
Admin |• Born Under a Bad Sign

avatar

Féminin
Nombre de messages : 138
Statut : Griffon Noir - Danseuse au Deep Purple
Music from Hell : Dead Bodies EveryWhere - KoRn
Mood : Suspicious
Date d'inscription : 24/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Griffon Noir...
Pouvoirs: Aptitudes au combat et maniement des armes... mais humaine avant tout
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Lun 5 Mai - 10:14

Excellent début de fiche, soit la bienvenue ^^ et merci pour le design Wink

Bonne continuation pour ta fiche Smile

_________________

[D]ead is the new alive
Despair's the new survival
A pointless point of view
Give in, give in, give in, give in
You play the game
You'll
never win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Valentine
Admin |• Lost Soul in the DarkNess

avatar

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 35
Date d'inscription : 23/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Humain
Pouvoirs: N'en a pas encore conscience
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Lun 5 Mai - 14:15

Bienvenue Andreï, Excellent départ pour ta fiche! C'est vrai qu'elle a fait un boulot incroyable sur le design ma belle Gaby Very Happy
Bonne continuation pour ta fiche Andreï, je prépare le pop corn pour lire la suite Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-sang-et-lumier.forumactif.com
Lily Blake

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Humain
Pouvoirs: J'ai un pouvoir ? o.O
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Lun 5 Mai - 22:21

    Biiiienvenue ! Superbe fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Mar 6 Mai - 2:17

Merci bcp, je bosse sur mon histoire, j'essaie de vous concocter quelque chose de sympa! (héhé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Valentine
Admin |• Lost Soul in the DarkNess

avatar

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 35
Date d'inscription : 23/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Humain
Pouvoirs: N'en a pas encore conscience
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Mar 6 Mai - 2:33

Je n'en doute pas What a Face

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-sang-et-lumier.forumactif.com
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Mar 6 Mai - 3:07

    J'ai prié le glaive rapide
    De conquérir ma liberté,
    Et j'ai dit au poison perfide
    De secourir ma lâcheté.

    Observant l’immense immeuble qui se dressait devant ses yeux l’enfant pouvait difficilement masquer son émerveillement. Londres était tellement différent du village qu’il avait connu. Un village de paysans et de fermiers, où la misère était présente partout mais pas de la même manière qu’elle se trouvait représenter à Londres. Même le château qui dominait la colline n’offrait qu’une pâle vision à côté de l’immense bâtisse au luxe effroyablement étalé en ses murs. On lui offrit à manger, et ces mets avaient un goût étrange dans sa bouche, on lui offrit un lit qui était intolérablement doux, on lui offrit des vêtements qui se trouvaient incontestablement inconfortable mais d’une beauté manifeste. L’enfant observait tout silencieusement avec ses grands yeux bleus clairs. Il y avait des éclats d’émerveillement dans ses yeux à chaque fois qu’un objet méconnu se présentait à lui et il faisait preuve à chaque fois de beaucoup de curiosité.

    « Tu aime cet endroit ? » demanda l’homme.

    Il avait laissé l’enfant découvrir l’immense bâtisse dans laquelle il allait désormais vivre, dans un luxe fabuleux aux yeux d’un enfant ayant grandit dans la campagne de Transylvanie, dans un petit village reculé, rempli de gens malade risquant de mourir lorsque la famine survenait pratiquement chaque hiver. Mais il n’était jamais loin. Ramener cet enfant de Transylvanie n’avait pas été simple. Les autres membres se posaient des questions. L’enfant n’avait pas l’air d’être posséder, ni de s’y connaître spécialement en matière de vampire, alors quelle était la raison de sa présence ici ? Certes Lord Henry n’avait pas de descendant à offrir à l’ordre du Griffon, mais il n’allait tout de même pas demander à l’ordre de nourrir et loger un orphelin dont le Lord s’était épris au cours de son voyage. Cela semblait si ridicule. Mais l’homme n’avait pas l’intention de laisser les rumeurs courir sur son compte ni sur celui de l’enfant bien longtemps. Un sourire aux lèvres, il s’approcha de l’enfant.

    « Evidement ! Il y a une pièce remplie de livres… »

    Le désir d’apprendre se lisait dans les yeux de l’enfant. L’homme sourit en voyant cela. Il ne s’était pas trompé sur le compte de cet enfant. L’intelligence brillait dans son regard et dévorait son âme. Ici, au sein de l’ordre, il pourrait s’épanouir, et mettre son intelligence au service de l’ordre. Bien sûr, tout restait à prouver. Andreï n’était pas un enfant commun, il ne laissait pas jaillir tout ce qu’il avait en lui, mais il ne tarderait à s’ouvrir ici, il s’épanouirait et prouverait sa valeur. Lord Henry n’avait pas envie que le pauvre enfant n’est pas quitté sa campagne natale, son pays, sa mère, pour rien, il se sentait redevable envers lui à présent qu’il avait réussit à l’amener là où il le désirait.

    « C’est bien. Ils t’attendent. »

    Il n’eut pas besoin d’en dire plus. L’enfant n’était pas bête, bien au contraire. Il avait compris en se promenant au sein de l’immeuble que l’endroit était bien plus qu’un endroit de réunion pour des personnes cultivés, c’était un lieu où l’on parlait doucement, où l’on se saluait avec respect, tout semblait codé. Il avait réalisé rapidement que ce n’était pas un lieu habituel. Comme une sorte de secte. Il fallait gagner leur respect. Effacer leur regard surpris, effacer leurs doutes, il voulait être parmi eux, il voulait faire partit de cette maison. Le Lord qui l’avait accompagné et guidé jusqu’ici l’avait convaincu, sans lui en parler directement, mais par son amour même envers ce groupuscule.

    L’enfant se leva et adressa un sourire complice à l’homme. Il emprûnta le long couloir qui menait à une pièce circulaire où l’attendait assis les membres du Griffon Noir. Il ne connaissait pas ces personnes mais en promenant doucement son regard sur elles, il put devenir leur fonction, leur manière de se place r au sein du groupe, leur tension envers lui, envers les autres, et même leur position sociale. Cela lui était facile. Car il y a toujours des détails qui ne trompent pas auquel le jeune garçon avait appris à se rattacher. Il se sentait confiant. Tout lui paraissait simple, presque enfantin.


    Fait(s) d'adolescence :


    Hélas ! le poison et le glaive
    M'ont pris en dédain et m'ont dit :
    "Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
    A ton esclavage maudit,

    La pluie avait frappé le sol londonien toute la nuit, mais ce n’était vraiment pas le genre de chose qui arrêtait le jeune dandy dont les talons frappaient avec force le pavé des rues. Vêtu d’un costume taillé sur mesure de couleur noir, d’une chemise d’un blanc immaculé et d’une veste elle aussi noire lui saillant comme un gant, le jeune homme naviguait tel un fauve dans les rues de Londres. S’il passait le plus clair de ses journées dans l’immense demeure du Griffon Noir à lire de nombreux volumes sur les créatures de la nuit, il préférait jouer les loups la nuit tombée. Recherchait-il à tomber sur l’une de ces créatures qu’il avait promis de vaincre alors qu’il n’était qu’un enfant, arraché à sa terre natale par un vieil homme rêvant de quelque héritier ? Pas vraiment. Andreï n’avait nul désire de se battre en cette nuit. Un languissamment s’emparait de lui de plus en plus ces derniers temps. La mort de son mentor n’y était sans doute pas étrangère.

    Cela faisait deux ans que Lord Henry n’était plus, deux ans que Andreï regrettait sa mort et son départ si soudain. Il avait la sensation d’être un étranger au Griffon Noir. Peu de monde lui parlait. Soit ils avaient peur de le froisser en lui parlant irrémédiablement de Lord Henry, soit ils avaient peur de lui. Andreï n’avait jamais terriblement sympathisé avec les membres de l’ordre. Il était intelligent et tout le monde lui reconnaissait mille autres qualités. Mais il y avait quelque chose de froid en lui qui ne les attiraient pas, bien au contraire. Même s’ils appréciaient beaucoup sa manière d’agir et de combattre. Et durant ces deux années, Andreï s’était découvert une nouvelle personnalité. Il avait goûté à des plaisirs jusque là inconnus, dans les bas-fond de Londres et y avait pris goût. Voyant souvent des filles de joie, juste pour le plaisir de la dépravation, puisque ses magnifiques yeux clairs ne lui valait que la grâce de ses dames. Mais il se prit aussi d’affection à séduire les plus beaux partis de Londres, pour les rejeter une fois qu’elles étaient conquise, comme un véritable Don Juan dont le cruel destin commençait alors à se dessiner, car on commençait à se méfier de lui, partout, excepté dans la bonne société qui se régalait toujours plus de beaux jeunes gens comme lui.

    Il ne ressemblait pas vraiment à un ange lorsqu’il marchait ainsi sous la pluie, mais plutôt à un loup partant à la chasse, parce que finalement, contre toutes les espérances de Lord Henry, c’est ce qu’était devenu son petit protégé au contact de la société londonienne. Il avait oublié les valeurs que lui avait enseignées sa mère ainsi qu’il avait oublié celle de Lord Henry. Les peurs de sa mère n’avaient pas de raison d’être, il n’avait pas été plongé dans la misère, ni dans la maladie, il avait été préservé de tout cela, son travail n’avait jamais été un dur labeur, mais le bonheur… il avait cru savoir ce que c’était mais depuis longtemps à présent, il en a oublié le sens. Il ne s’y rattachait plus en somme. Les autres continuaient à chercher le bonheur tandis que lui ne cherchait qu’une chose, se noyer dans le plaisir, un plaisir sans obligation et sans fin, n’ayant aucune considération pour leur conséquences.
    Andreï s’arrêta. Devant lui se dressait un homme vêtue de manière élégante mais quelque peu démodée. Sa veste semblait dater du début du siècle, pourtant tout en lui resplendissait d’une beauté incandescente. La manière dont il se tenait avec sa canne était tout à fait révoltante. Comment un homme aussi beau pouvait se tenir avec tant de nonchalance devant lui. Le jeune homme sentit son cœur battre à s’en rompre et couvrir tous les bruits de la ville. L’homme ne bougeait pas, mais un sourire doux était sur ses lèvres. Andreï sentit le vent s’engouffrer dans ses cheveux qu’il portait alors long comme le voulait la mode. Il sentit le vent caresser son visage. Et un frisson parcourut sa nuque. Quel était cet homme ? Il n’avait rien d’angélique. Pourtant son sourire… Andreï sentit qu’il pourrait faire n’importe quoi pour ce sourire. N’importe quoi.

    La main de cet homme sur sa joue était glaciale. Comment avait-il pu opérer pour se rapprocher de lui si rapidement ? Andreï ferma les yeux. L’homme déposa un baiser sur les lèvres du jeune homme. Il lui laissa une impression glacée mais si belle. Le jeune homme n’entendait que son cœur battre à s’en rompre. Doucement il rouvrit les yeux. L’homme lui souriait à nouveau. Mais ce sourire n’avait plus rien d’angélique. Il semblait si brutalement diabolique. Andreï n’eut pas peur. Quoi que fut cette créature, qu’elle soit le diable en personne venu le chercher, le jeune homme se sentait prêt à le recevoir, et à mourir si cela était la seule chose qu’il puisse encore faire en ce monde. La mort ne serait qu’une délivrance. Il devenait de plus en plus inhumain, il s’amusait à rendre folle de jeunes filles innocentes, à commettre des atrocités sans nom, il avait même tuer dans l’espoir de chasser toute humanité en lui, mais cela n’avait fait qu’accentuer son cauchemar. Il laissa donc la créature chercher sa nuque, mais ce qu’il lui offrit fut un long baiser langoureux et terriblement affaiblissant car Andreï sentait ses forces le quitter.

    « Veux-tu me suivre sur la voie du diable ? » murmura la créature.

    Andreï avait tellement de mal à tenir ses paupières ouvertes, mais il lui semblait que s’il fermait les yeux, il ne pourrait plus jamais les rouvrir. N’ayant plus aucune force, c’était la créature qui le portait, et le dressait face à elle. Le jeune homme ne savait ce que voulait la créature, mais il le présentait. Cet homme si magnifique était un vampire, à présent il comprenait, et ce qu’il voulait c’était lui offrir une vie pareille à la sienne. Le jeune homme hocha la tête lentement incapable de dire quoique ce soit. La créature se déchira alors la peau du poignet et laissa couler le sang sur les lèvres du jeune homme qui soudain doté de force s’empara du poignet qu’il attira à lui pour lui offrir un baiser fatal. Sucer le sang. Sucer encore. Le goût… mon dieu… c’était si plaisant… si délicieux… Sucer le sang. Il n’avait jamais imaginer un tel plaisir, un tel enivrement. Et la créature, sa mère, sa matrice, son sire, le repoussant avec force. Lui-même en possédait alors tant. Il se mit à quatre patte sur le sol de Londres, reprenant des forces, et lentement leva son visage vers son sire.

    « J’en veux encore ! »

    Imbécile ! – de son empire
    Si nos efforts te délivraient,
    Tes baisers ressusciteraient
    Le cadavre de ton vampire !"

    Le sang diabolique battait les tempes du jeune vampire nait à la nuit quelques jours auparavant. Le monde ne lui apparaissait plus comme auparavant. Etait-ce dû à sa nouvelle nature qui lui offrait une autre perception du monde qui l’entoure ou quelque chose d’autre ? L’odeur des roses disposées dans ce jardin à l’anglaise lui apparaissait tellement forte, presque étouffante. Et s’il ressentait la fraîcheur de la nuit, il n’avait pas froid, même s’il savait sa peau glacée. Mais le plus étonnant était lorsqu’il posait ses yeux sur un mortel, il pouvait en sentir l’odeur charnelle, et la beauté d’un corps mortel lui apparaissait bien souvent comme insupportable. Cela n’était rien en comparaison de ce qu’il pouvait ressentir lorsqu’il offrait ses baisers langoureux et si doux mais fatal à un mortel, il y avait cette ivresse lorsqu’il buvait leur sang, il y avait cette sensation de bonheur presque béa, et l’impression que le cœur du mortel s’ouvrait entièrement à lui. Cette ivresse était un sentiment dangereux. Car il y prenait goût facilement alors que ses pensées se troublaient. Fermant doucement les yeux il caressa les pétales de la rose qu’il avait saisit entre ses mains. Leur douceur était exaltante, l’humidité qui perlait douce à ses doigts fin, et son parfum enivrant.

    « Ne tarde point Andreï, on nous attend. » fit une voix masculine perçant dans les graves.

    Le jeune vampire rouvrit les yeux, un léger sourire aux lèvres. Son sire le regardait, il y avait tant de passion et tant d’amour dans ce regard qui le caressait. Andreï passa doucement sa langue sur ses lèvres, sentant ses crocs légèrement pointus. La faim le dévorait comme en chaque nuit. Le besoin du sang était presque omniprésent et ne lui laissait aucun répits. Son sire devait le savoir. Mais il jugeait qu’il y avait mieux à faire en ce début de nuit, mieux à faire que plonger ses crocs dans la gorge offerte d’un mortel. Pour attirer Andreï jusque là, il n’avait pas eut à s’expliquer longtemps. Le jeune vampire était si curieux du monde qui l’entourait, qu’il avait comme une envie de dévorer le monde, et son Sire n’avait aucun mal à trouver les mots justes qui pouvaient amener le jeune vampire à le suivre. Andreï était sans doute le vampire le plus curieux que le vampire n’ait jamais créer. Il semblait si heureux de sa nouvelle nature, même si heureux n’est pas le mot approprié. Sa nature le comblait, l’intriguait, il semblait s’y complaire.



Dernière édition par Andreï Vesely le Sam 17 Mai - 20:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Mar 6 Mai - 13:30

    Le jeune vampire rejoint son maître un sourire amusé aux lèvres. Pour lui ce n’était qu’une nouvelle intrigue, qu’un nouvel objet qu’il pourrait examiner durant des heures. Le jeune homme semblait si passionné par ce qu’il pouvait rencontrer sur son chemin. Chaque nouvelle attraction, il se complaisait dans sa fascination, dans son observation, puis il lui fallait la dominer, la posséder. Son sire était troublé par le besoin de sa jeune créature à posséder ce qui le fascinait. La première nuit, lorsqu’il guida le jeune Andreï dans une ruelle sombre de Londres afin qu’il se saisisse de sa première victime, il s’était arrêté médusé par la manière dont le jeune vampire avait séduit sa victime pour l’amener à lui. Il avait plongé son regard si troublant, même après sa transformation qui avait accentué ce trouble plutôt que de le faire disparaître dans les yeux de sa victime, l’avait guidé jusqu’à lui comme un amant, et l’avait posséder avec tant de force et tant de sensualité que le vampire s’en était sentit gêné de continuer à observer. Son trouble n’avait pas diminué lorsque Andreï avait déposé doucement le corps inerte au sol, avec tant de délicatesse, l’image d’un amant fatal n’avait pas disparue, bien au contraire, elle s’était accentuée.

    Suivant son Maître à l’intérieur du manoir, le jeune vampire ne put que s’étonner de la grandeur des lieux qui n’était que légèrement perceptible de l’extérieur. Il se souvenait en cet instant de ce jour, où, à peine arriver en Angleterre, Lord Henry l’avait guidé au sein de l’immense bâtisse du Griffon Noir, il se souvenait sans mal de l’impression de luxe et de beauté qui l’avait saisit alors. Il devait tant à l’Ordre : son éducation, sa culture, son immense savoir, pourtant il ne les aimait pas, il ne se sentait pas redevable. Lorsque son sire avait parlé avec ferveur de l’ordre, dénonçant son inactivité, son impuissance à arrêter la Triade, Andreï avait sourit. De longues années passé au sein de l’ordre lui avait permit de voir à quel point son sire avait raison. N’était-ce pas la raison pour laquelle il avait maintes et maintes fois tenté d’échapper à l’Ordre, mais sans eux, il n’était qu’un étranger sans le sou à Londres. Et Lord Henry parvenait toujours à le ramener à l’Ordre, sans jamais, se faire détester par Andreï.

    « Je te souhaite la bienvenue dans la Triade. » fit une voix douce, féminine, mais légèrement suave.

    Un frisson parcourut l’échine du jeune vampire. Qui avait parlé ? Son regard cherchait dans l’immensité du manoir, fouillait les escalier, les galeries qui s’ouvraient devant lui, sans parvenir à trouver la propriétaire de cette voix enchanteresque. Son sire s’avança, fier, le menton levé, et le sourire aux lèvres. Il connaissait cet endroit. Il en avait souvent parlé à son jeune apprentie. Un manoir pour la Triade, un manoir pour toutes les races, un lieu de réunion, mais aussi un lieu de paix, et de massacre. Ici l’on ne s’ennuyait jamais et cela, Andreï y croyait sans peine en observant les lieux à la dérobée. Apparaissant soudainement de l’obscurité devant lui, une magnifique créature apparue, la peau très blanche, les yeux cristallin et perçant, une épaisse chevelure auburn descendant le long de ses épaules. Le jeune vampire sentit tout son être la désirer, la vouloir, la désirer entièrement. Qui était-elle ? Son cœur le savait déjà. Ici elle était la maîtresse des lieux, ici, tout lui appartenait, ici elle régnait en maître et tous l’aimait.


    Fait(s) de la vie actuelle :


    Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste
    Qui berce longuement notre esprit enchanté,
    Et le riche métal de notre volonté
    Est tout vaporisé par ce savant chimiste.


    Son corps était magnifique. C’était une œuvre de Botticelli que le vampire avait sous ses yeux. Il ne se lassait d’observer ce corps magnifique étalé nu sous ses yeux. Elle était belle à mourir. Savait-elle le désir qu’elle faisait naître en lui ? Le percevait-elle à travers ses yeux ambrés ? Elle soupirait doucement et le monde aurait pu s’effondre au moindre de ses soupires d’une douceur insoutenable. Ses lèvres rondes qu’il imaginait légèrement humides et d’une volupté infernale étaient entrouvertes comme un appel à la destruction de la vertu qu’affichait l’air innocent que trahissait ses traits. Le vampire resta quelques instant sans bouger, et il aurait voulu que ces instants soient immortels. La jeune femme se doutait-elle un instant du monstre qu’il était ? Un suceur de sang sans aucune morale, dont seul l’appel du sang pouvait l’empêcher de sombre dans les abîmes de la noirceur dont il aimait s’entourer. Elle brillait tel le soleil dans cette pièce pourtant à la décoration raffinée et dont la lumière tamisée permettait au vampire d’y voir comme en plein jour sans avoir ses yeux blessé par une lumière trop forte.

    « Rejoins-moi. » murmura-t-elle d’une voix suave totalement en opposition avec son apparence de femme enfant. « Je meurs de froid. »

    Le froid, voilà bien une chose que ressentait le vampire avec cruauté mais sans jamais en souffrir. La rejoindre. Une dangereuse proposition. La délicieuse jeune femme ne connaissait pas le prix de ses paroles. Ce serait un prix de sang. Goutte par goutte, le vampire lui ferait payer son insolence. Commander une créature faite de chair mortes et dont le sang qui coule dans ses veines n’est rien d’autre que maléfique, est extrêmement dangereux. La beauté qui la caractérisait, la lumière qui émanait d’elle, ne la sauverait pas. Peut-être que le vampire la tuerait rapidement sans s’amuser avec elle comme l’aurait sans doute fait d’autres vampires. Il faut dire que Andreï accordait beaucoup d’importance à ses victimes et qu’aucunes ne pouvaient se vanter auprès du diable ou de dieu d’avoir eut un traitement semblable aux autres. Chacune était une nouvelle rose magnifique dans le jardin sauvage du vampire. Une rose qu’il arracherait pour porter à son nez en extase, en sachant que de ce geste il tuait la rose.

    « Mon doux amant… » soupira-t-elle.

    Le vampire glissa sa main dans les boucles rousses de la jeune femme. Elle était belle à mourir. Il aurait pu mourir pour elle s’il avait été encore mortel, il aurait pu tout abandonner pour une telle beauté, il aurait pu s’ouvrir les veines, tuer le monde entier, sacrifier tout sur l’autel de l’amour. Mais il n’était plus ainsi. Il ne pourrait plus jamais s’abandonner tout entier dans les bras d’une femme, le sang réveillerait sans cesse le démon en lui, mais il pouvait encore croire en cette illusion. Ces petits seins rond, parfaitement rond, et d’une douceur infinie. Elle était belle à mourir. Il caressa son visage d’ange du bout des doigts comme s’il avait peur de la briser. Elle paraissait tellement fragile et pourtant son regard ambré posé sur le vampire était plein de détermination. Il était nu mais sentait la chaleur de la jeune femme, sentait la chaleur de son humanité, sentait la force en elle aussi bien qu’il sentait son sang.

    Approchant son visage de celui de la jeune femme, il sentit son souffle contre ses lèvres. Une douceur infinie, une douceur insupportable. Son désir de la posséder, de l’avoir, de marquer la peau de la jeune femme de son empreinte était si forte. Le démon en lui voulait surgir et faire du mal à la beauté étendue sous lui. Ses gestes étaient empreint de douceur, mais cela n’était rien en comparaison de ce qui se dégageait de la jeune femme, ses mouvement avait quelque chose de gracieux mais ils paraissaient bien fade lorsque les courbures de ce corps magnifique rendait le mot grâce obsolète. Baisant ces douces lèvres, le vampire ferma ses yeux. Il laissa sa main parcourir les seins ronds et parfaits de la jeune femme. Il avait envie d’elle à en mourir de désir. Il avait tellement de désir en lui. Et elle était là, sous ses mains, sous ses lèvres, sous son corps puissant de démon.

    « Mon tendre… » lâcha-t-elle entre deux soupires. « Mon cher vampire. »

    Andreï tressaillit. Comment pouvait-elle savoir ? Il détacha ses lèvres de la jeune femme pour lire dans ses yeux une volonté infaillible. La main de la jeune femme s’accrocha au bras du vampire qui durant quelques secondes eut peur. Jamais il n’avait été découvert. Les mortelles lui cédait entièrement. Elles ne découvraient jamais sa véritable nature sans qu’il ait décidé de leur révéler. La peur navigua en lui et excita son démon. La peur pouvait devenir une arme dans les mains d’un véritable démon. Reprenant possession de lui-même, le vampire passa sa main dans les cheveux indomptables de la jeune femme, et avec un sourire amusé il murmura au creux de l’oreille de sa victime ces quelques mots :

    « Ainsi tu connais ma nature démoniaque mon ange, comment cela est-ce possible ? Conte moi cela, mon amour. »

    La jeune femme leva vers le vampire ses yeux ambrés si déterminés, rempli d’une force qui tranchait avec son apparente fragilité. Elle avait la salive du vampire sur ses lèvres. Passant sa langue sur sa lèvre inférieure elle pu en goûter le goût. Sa main se déplaçait tendrement mais sûrement sur le torse du vampire et s’arrêta devant son cœur. Etait-elle une sorcière qui voulait connaître l’immortalité ? Si cela était possible, ignorait-elle donc que le sang avait un prix, et qu’il était d’une immensité insurmontable. Etait-ce une chasseuse ? Mais pourquoi se livrer à lui sans nul arme hormis son corps d’une beauté étourdissante. Le vampire restait soupçonneux mais il savait que le démon en lui ne se calmerait pas tant que le sang n’aura pas couler.

    « Je veux ce cœur, je le vois… brisé. » siffla-t-elle entre ses lèvres amoureusement entrouvertes.

    Andreï vit surgir l’autre main de la jeune femme, armée d’une dague en argent. Le vampire saisit le poignet de la jeune femme, avec un réflexe d’une rapidité qu’il pu déceler la peur dans les yeux de son ennemie, offerte à lui, nue, et immensément belle, magnifique œuvre d’art n’attendant qu’une chose… Les traits du visage de sa victime se crispèrent. Elle ne s’était sans doute pas attendu à ce qu’il soit si réactif. Elle pensait l’avoir envoûter… Andreï tenant le poignet fermement entre ses doigts se pencha pour embrasser la belle, et, elle tenta de le repousser, en vain. Le vampire attrapa l’autre poignet de la jeune femme. Il la sentait résister. Mais il était trop fort pour elle. Et il se pencha vers sa nuque. Le sang appelait le sang. Elle aurait dû le savoir.

    Signes particuliers:


    C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent!
    Aux objets répugnants nous trouvons des appas;
    Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
    Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.


    Le vampire ne réserve pratiquement jamais le même sort à ses victimes. Il fait sans cesse preuve d’une inventivité qui le rend fascinant. Contrairement à la plupart des buveurs de sang, il aime suivre sa victime, la choisir, jouer avec elle de longues semaines, parfois des mois avant de passer à l’action. Et lorsqu’il se déchaîne avec un mélange d’amour, il peut tout aussi bien utiliser son intelligence et son charme pour détruire sa victime, qu’une véritable panoplie de bourreau. Il affectionne les armes anciennes, particulièrement les orientales, mais il lui arrive aussi d’utiliser des armes plus récentes qui seront alors russes ou tout du moins slaves. Il possède cependant une collection d’arme à feu anglaise, datant du début du XXème siècle. Mais celles là il la réserve à ses ennemis.


    Ses pouvoirs:


    Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange
    Le sein martyrisé d'une antique catin,
    Nous volons au passage un plaisir clandestin
    Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.

    La Télépathie a été le premier pouvoir qu’a reçut le vampire, et qui s’est manifesté assez rapidement après le don obscur. Bien qu’au début ce pouvoir ait fortement perturber le jeune vampire qu’il était, il est parvenu à le maîtriser grâce à l’éducation brillante de son sire, mais surtout en s’entraînant au sein de la Triade. Il peut utiliser son pouvoir sur des mortels avec perfection, pouvant même jusqu’à pénétrer leur esprit pour les berner, mais il est en revanche moins maître de son pouvoir sur les autres vampires ou les créatures comme les garous. Craignant que son pouvoir se retourne contre lui, il l’utilise alors avec parcimonie et prudence.

    Le pouvoir de voler est un pouvoir que Andreï a mis une éternité à maîtriser et a bien manqué plusieurs fois de mourir en essayant de le maîtriser. Et lorsqu’il est dans un état d’extrême anxiété il a toujours un mal fou à maîtriser ce pouvoir. Evidement, Andreï se sentant mal à l’aise avec ce pouvoir il l’utilise que lorsqu’il doit faire de grande distance et tromper la course du soleil, mais très rarement dans un combat.


Dernière édition par Andreï Vesely le Sam 17 Mai - 21:08, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Sam 10 Mai - 5:43

Je suis désolé, je prend un peu de temps à faire ma fiche, et en plus ce week end je pars en bretagne. Si ça dérange pas je finis ma fiche la semaine prochaine. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Valentine
Admin |• Lost Soul in the DarkNess

avatar

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 35
Date d'inscription : 23/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Humain
Pouvoirs: N'en a pas encore conscience
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Sam 10 Mai - 9:28

Pas de Problème Andreï Smile Bon séjour en Bretagne

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-sang-et-lumier.forumactif.com
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Sam 17 Mai - 21:16

Fiche terminée. Merci pour la rallonge de temps. Et bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle Trémaine
Admin |• Born Under a Bad Sign

avatar

Féminin
Nombre de messages : 138
Statut : Griffon Noir - Danseuse au Deep Purple
Music from Hell : Dead Bodies EveryWhere - KoRn
Mood : Suspicious
Date d'inscription : 24/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Griffon Noir...
Pouvoirs: Aptitudes au combat et maniement des armes... mais humaine avant tout
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Dim 18 Mai - 13:28

Excellente fiche Very Happy

évidement, validé ^^

_________________

[D]ead is the new alive
Despair's the new survival
A pointless point of view
Give in, give in, give in, give in
You play the game
You'll
never win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Dim 18 Mai - 23:43

Toute une histoire cette fiche, lol, en tout cas merci. Enfin parmi vous héhé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Valentine
Admin |• Lost Soul in the DarkNess

avatar

Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 35
Date d'inscription : 23/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Humain
Pouvoirs: N'en a pas encore conscience
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Lun 19 Mai - 1:35

Géniale ton histoire, Heureux de te compter enfin parmis nous Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-sang-et-lumier.forumactif.com
Amon
Dieu du Jugement
avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 24/04/2008

• INSIDE YOUR MIND __*
Clan: Je ne sers personne d'autre que moi
Pouvoirs: You don't know anything about my Power...
Relationships:

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Mar 20 Mai - 14:36

Bienvenido! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreï Vesely

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   Mer 21 Mai - 0:35

Merci!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andreï Vesely || Finish   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andreï Vesely || Finish
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Andreï Makine
» Andreï Makine
» [Makine, Andreï] Le testament français
» hasegawa mirror finish tf-1
» Défi Intercontinental d'Avril 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre Sang et Lumière :: Là où tout commence... :: Registre des Personnages :: Fiches Validées-
Sauter vers: